fleche_langueVersion françaiseEnglish versionVersion imprimable
  • Accueil
  • Planning
  • Réservations
  • Lieux
  • Partenaires

Concerts.

lundi 8 juin

Aka Moon

Le trio de jazz expérimental Aka Moon a pénétré les studios de l'Ircam, pour y découvrir un nouveau partenaire dans l'improvisation, Omax.

Montrer / masquer les détails

Aka MoonÀ partir du jeu vivant des musiciens, ce logiciel crée un clone et offre la possibilité de jouer avec les capacités d'apprentissage ou avec l'imprévisibilité de la machine.

Très remarqué dans le monde de l'improvisation, de l'opéra et de la danse, en particulier pour les dernières créations d'Alain Platel, Aka Moon tente pour la première fois ce « dialogue avec une ombre double ».

Distribution

Fabrizio Cassol, saxophone
Michel Hatzigeorgiou, basse
Stéphane Galland, batterie
Gilbert Nouno, électronique
Conception et programmation OMax : Gérard Assayag, Georges Bloch, Marc Chemillier

Production Ircam-Centre Pompidou. En collaboration avec le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris.
Concert enregistré par France Musique.

Crédit photo : Aka Moon © M.F. Plissard

Lundi 8 juin, 21h30 / Centre Pompidou, Grande salle

Cycle Luciano Berio

Le cycle consacré à l'un des géants du vingtième siècle, Luciano Berio, intègre et provoque trois créations.

Montrer / masquer les détails

Un tableau lyrique de l'un des héritiers directs de Berio, Luca Francesconi, une œuvre spatialisée de Luis Fernando Rizo-Salom, et Le Livre des Illusions de Bruno Mantovani, créé par l'Orchestre de Paris.

« Chacun de nos actes commente et prolonge quelque chose d'autre, dans cette multitude de chemins qui s'ouvrent inévitablement sur d'autres chemins, chacun d'eux scindant sa destinée en un entrelacs de troncs, de branches, de rameaux. Et notre place est ici, sur le plus extrême des menues brindilles, contemplant les lignées toujours bourgeonnantes des significations possibles, dont nous ne pouvons suivre le cheminement qu'en regardant en arrière, ou, peut-être, en avant, car en avant elles continuent à pousser dans trois millions de directions, se frayant trois millions de chemins, avec la seule certitude qu'une douzaine d'entre eux conduise à autre chose qu'à l'intersection de deux autres millions de plus ». Luciano Berio

Crédit photo : Luciano Berio © Universal Edition/Éric Marinitsch

samedi 13 juin

Cursus 2 / Alban Richard

Les projets artistiques des jeunes compositeurs issus du Cursus 2 de l'Ircam affirment leurs partis pris : esthétiques antinomiques, approches de l'électronique totalement divergentes.

Montrer / masquer les détails

De la rêverie d'Aaron d'Einbond sur les images des sciences, à la rhétorique baroque relue par Fernando Villanueva Carretero, en passant par le bricolage low tech de With my limbs in the dark, une seule idée, celle d'expérimenter des dispositifs informatiques qui s'intègrent de manière organique à la visée musicale. Ainsi la création de Paul Clift et du chorégraphe Alban Richard met-elle en relief le mouvement par un système de diffusion sonore attaché au corps même de la danseuse et par des dispositifs électroniques implémentés, là aussi, dans le corps même des instruments de musique.

Programme

  • Aaron Einbond What the blind see*, création Cursus 2
  • Fernando Villanueva Carretero Bukowski Madrigals**, création Cursus 2
  • Paul Clift (création musicale) / Alban Richard (création chorégraphique) With my limbs in the dark*** création Cursus 2
  • Alban Richard Luisance

Distribution

Donatienne Michel-Dansac, soprano
Ensemble L'Instant donné
Ensemble L'Abrupt
Pierre-Édouard Dumora, images vidéo * (Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains)
Réalisation informatique musicale Ircam Aaron Einbond*, Fernando Villanueva Carretero**, Paul Clift***
Encadrement pédagogique Éric Daubresse*, Mikhail Malt**, Emmanuel Jourdan***

Coréalisation Ircam-Centre Pompidou, le CENTQUATRE avec la participation du Centre national de la danse à Pantin, du Forum/Scène conventionnée de Blanc-Mesnil, de Buffet Crampon. Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc  Lagardère, mécène principal pour l'innovation à l'Ircam et de la Sacem (bourses d'étude aux jeunes compositeurs du Cursus 2).

L'Ircam est partenaire du CENTQUATRE pour l'accueil de projets d'expérimentation autour du spectacle vivant.

Crédit photo : With my limbs in the dark © Alban Richard

Samedi 13 juin, 16h30 / Le CENTQUATRE, salle 400

© E. Maillard, le CENTQUATRE | R. Thibault, Vox Humana
mardi 16 juin

Concert orgue

Deux œuvres imposantes de l'orgue moderne, dissemblables en tout, encadrent cette soirée à Saint-Eustache.

Montrer / masquer les détails

Chez Ligeti, le continuum sonore intrinsèquement lié à l'instrument et à la main de l'instrumentiste, détermine des effets de vitesse et de surface. Chez Xenakis, l'indifférence absolue à la spécificité de l'orgue, à ses limites comme à celles de l'interprète, pulvérise toute référence. Gmeeoorh, anagramme libre de « organon », dont la partition d'origine était écrite sur plusieurs portées par clavier, démultiplie les superpositions harmoniques, les arborescences, les distorsions, les expansions.

Entre ces aventures antinomiques du XXe siècle, deux créations de jeunes compositeurs, eux-mêmes organistes. La petite liturgie de Philipp Maintz conserve la fraîcheur du caractère d'improvisations nocturnes à Saint-Eustache. Vox Humana de Hyun-Hwa Cho (composition musicale) et de Raphaël Thibault (vidéo), transmue l'instrument historique en un gigantesque synthétiseur contemporain, élargi par l'électronique. D'un ancien jeu d'orgue surgit l'apparence de la voix. Intimement mêlée à la partition, la vidéo convoque danse contemporaine et animation 3D, et met en scène deux corps humains perdus dans un environnement abstrait.

Programme

  • Toshio Hosokawa Cloudscape
  • György Ligeti Omaggio a G. Frescobaldi, Coulée
  • Philipp Maintz ferner, und immer ferner création française
  • Hyun-Hwa Cho (création musicale) / Raphaël Thibault (création vidéo) Vox Humana* création Cursus 2 / Le Fresnoy
  • Iannis Xenakis Gmeeoorh

Distribution

Francesco Filidei, orgue
Réalisation informatique musicale Ircam Hyun-Hwa Cho*
Encadrement pédagogique Jean Lochard*

Coproduction Ircam-Centre Pompidou, Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Arcadi. Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère, mécène principal pour l'innovation à l'Ircam et de la Sacem (bourses d'étude aux jeunes compositeurs du Cursus 2). En collaboration avec le Festival d'orgue de Saint-Eustache.

Concert enregistré par France Musique. Diffusion le 05/08/09 à 9h05.

Crédit photo : montage © Raphaël Thibault

Mardi 16 juin, 21h / Église Saint-Eustache

mercredi 17 juin

Segui

L'art de l'accompagnement

Comment accompagner un soliste, c'est-à-dire anticiper et suivre tout à la fois son geste, lorsque l'accompagnateur est l'ordinateur ?

Montrer / masquer les détails

Ce défi détermine l'idée même de musique de chambre avec l'électronique. Il transite par un « suivi de partition » polyphonique (Vassos Nicolaou), ou devient une poétique de l'interaction entre le monde autonome de l'électronique et le caractère diabolique du violon (Marco Stroppa). Dans l'écriture foisonnante de Dai Fujikura, un orchestre à cordes virtuel naît de l'unique alto réel. Cette tentation de devenir multiple anime la ligne solitaire de l'œuvre de Georges Aperghis qui trace un « chemin de fuite parmi les tensions des champs magnétiques, les pressions harmoniques ». Dans Naturale achevant le concert et le cycle Berio, « accompagner » n'est pas une question technologique mais bien l'articulation esthétique complexe entre deux mondes. Des chansons populaires de Sicile, enregistrées par Luciano Berio sont fixées sur une bande intermittente.

« Mon rêve, dont je sais qu'il est tout à fait utopique, serait d'unifier la musique folklorique et notre musique - d'établir un vrai passage, perceptible et compréhensible, entre ces vieilles musiques populaires, si proches du labeur quotidien des gens et notre musique. »

Programme

  • Vassos Nicolaou Otemo*, commande de l'Ircam-Centre Pompidou, création
  • Georges Aperghis The only line**, création française
  • Dai Fujikura prism spectra***, commande de l'Ircam-Centre Pompidou, création
  • Marco Stroppa hist    whist****, création française, commande du Printemps des Arts de Monte-Carlo
  • Luciano Berio Naturale

Distribution

Daniel Ciampolini, vibraphone, percussion
Hae-Sun Kang, violon
Odile Auboin, alto
Réalisation informatique musicale Ircam Serge Lemouton*, Sébastien Roux**, Manuel Poletti***, Arshia Cont****

Collaboration Ircam-Centre Pompidou, musée d'Orsay. Coproduction Ircam-Centre Pompidou.
Concert enregistré par France Musique.

Images d'une œuvre n°7

Le film Images d'une œuvre n°7 sur la création de Marco Stroppa sera projeté en boucle avant et après le concert, ainsi que pendant l'entracte.
Quel rapport y a-t-il entre un poème de jeunesse d'E. E. Cummings, le logiciel de suivi de partition Antescofo, et une colonne de haut-parleurs posée au milieu de la scène à quelques mètres de la violoniste Hae-Sun Kang ? Le nouveau court-métrage de la série "Images d'une œuvre" tentera de répondre à partir d'extraits de répétitions de la nouvelle composition du compositeur italien, hist    whist (2009), ainsi que d'entretiens avec les participants à la genèse de cette œuvre dans les studios de l'Ircam.
Un documentaire écrit et réalisé par Nicolas Donin et Benoît Martin.
Coproduction Ircam - Centre Pompidou.
Projection en présence de l'équipe du film à 19h30 au studio 3.2 de l'Auditorium.

Mercredi 17 juin, 20h / Musée d'Orsay, Auditorium

vendredi 19 juin

L'air d'autres planètes

« Je respire l'air d'autres planètes. » L'aspiration du poème de Stefan Georg, mis en musique par Arnold Schoenberg dans son deuxième quatuor, évoque irrésistiblement la suspension de la tonalité et le cheminement parallèle de Vassily Kandinsky vers l'abstraction.

Montrer / masquer les détails

Barbara HanniganC'est au Schoenberg des pièces pour orchestre que fait signe Erinnerung de Denis Cohen, se souvenant de l'accord fondateur de Farben. L'autre création du programme reprend à Schoenberg la formation singulière d'une voix jointe au quatuor. Operspective Hölderlin de Philippe Schœller explore l'invention scénique selon les potentialités de la profondeur de champ, de l'horizon virtuel ou de l'ouverture dynamique de scène frontale qu'offre la WFS (synthèse de front d'ondes), ce nouvel instrument de projection de l'énergie sonore.

Quel méridien commun au poème, au musical et au monde de la technique, quelles correspondances possibles ? Une réponse de Schoenberg demeure : « Si la proximité fait ressortir la différence, la distance fait ressortir les traits communs. »

Programme

  • Denis Cohen Erinnerung**, commande de l'Ircam-Centre Pompidou, création
  • Philippe Schœller Operspective Hölderlin*, commande l'Ircam-Centre Pompidou, création
  • Arnold Schoenberg Quatuor n° 2, op. 10

Distribution

Barbara Hannigan, soprano
Quatuor Arditti
Réalisation informatique musicale Gilbert Nouno (Ircam)*, Stefan Tiedje (CCMIX)**

Dans le cadre de l'exposition Kandinsky au Centre Pompidou.
Production Ircam-Centre Pompidou. Avec le soutien de la Caisse des Dépôts.
Concert enregistré par France Musique.

Crédit photo : Barbara Hannigan © Marco Borggreve

Vendredi 19 juin, 21h / Centre Pompidou, Grande salle