fleche_langueVersion françaiseEnglish versionVersion imprimable
  • Accueil
  • Planning
  • Réservations
  • Lieux
  • Partenaires

Spectacles.

du lundi 8 au jeudi 11 juin

Les déplacements du problème

Un spectacle de Grand Magasin

Découvrant pour la première fois l'Ircam, les protagonistes de Grand Magasin viennent perturber le sérieux technologique d'un institut de recherche.

Montrer / masquer les détails

Grand Magasin« À chaque solution, son problème ». Sur cet article de foi, ils élaborent un petit théâtre où trois démonstrateurs présentent une série d'appareils dont l'effet acoustique vient bousculer l'exposé lui-même. Dans les Déplacements du problème, les outils de création sonore de l'Ircam rencontrent une compagnie dont l'un des enjeux est de « faire du théâtre avec rien ».

Distribution

Préparé et exécuté par Pascale Murtin, Bettina Atala, François Hiffler
Avec l'aide de Manuel Coursin
Réalisation informatique musicale Ircam Christophe Mazzella
Création

Production déléguée Grand Magasin. Coproduction Grand Magasin, Ircam / Les Spectacles vivants-Centre Pompidou. Avec le soutien d'Artsadmin, de l'Institut français de Londres et de Culturesfrance, dans le cadre de Paris Calling, a franco-british season of performing arts organisée par l'Ambassade de France au Royaume-Uni. Avec l'aide du Centre culturel André Malraux - Scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy.

Crédit photo : © Grand Magasin

Du lundi 8 au jeudi 11 juin, 20h / Ircam, Espace de projection

vendredi 12 et dimanche 14 juin

Häxan

La sorcellerie à travers les âges

Dans le cadre du nouveau programme Électrons libres, conjugant les matières sonores et visuelles, Mauro Lanza se dote d'un dispositif technologique permettant de relier directement la structure musicale à la structure du film, intégrant les données de l'image pour les traiter en temps réel par l'électronique.

Montrer / masquer les détails

HäxanMélange hétéroclite de reconstitutions historiques et de séquences à l'imagination débridée, le film Häxan se présente à la fois comme une enquête documentaire sur l'idéologie du XVe siècle et un pamphlet contre l'obscurantisme et les superstitions, dans une esthétique proche de Goya et de Rodolphe Bresdin, graveur et maître d'Odilon Redon.

  • Film muet de Benjamin Christensen (Suède, 1921)
    Création musicale électronique Mauro Lanza, Olivier Pasquet, commande du musée du Louvre et de l'Ircam-Centre Pompidou.

Coproduction Ircam-Centre Pompidou et musée du Louvre (programme Électrons libres).

Vendredi 12 et dimanche 14 juin, Auditorium du musée du Louvre

  • Horaires : vendredi 12 juin à 20h30 et dimanche 14 juin à 16h
  • Tarifs plein 12€ réduit 9,50€ pass Agora 9,50€
    demandeurs d'emploi et handicapés 7€ | jeunes - 26 ans 5€
  • Site internet Auditorium du Louvre
samedi 13 juin

Cursus 2 / Alban Richard

Les projets artistiques des jeunes compositeurs issus du Cursus 2 de l'Ircam affirment leurs partis pris : esthétiques antinomiques, approches de l'électronique totalement divergentes.

Montrer / masquer les détails

De la rêverie d'Aaron d'Einbond sur les images des sciences, à la rhétorique baroque relue par Fernando Villanueva Carretero, en passant par le bricolage low tech de With my limbs in the dark, une seule idée, celle d'expérimenter des dispositifs informatiques qui s'intègrent de manière organique à la visée musicale. Ainsi la création de Paul Clift et du chorégraphe Alban Richard met-elle en relief le mouvement par un système de diffusion sonore attaché au corps même de la danseuse et par des dispositifs électroniques implémentés, là aussi, dans le corps même des instruments de musique.

Programme

  • Aaron Einbond What the blind see*, création Cursus 2
  • Fernando Villanueva Carretero Bukowski Madrigals**, création Cursus 2
  • Paul Clift (création musicale) / Alban Richard (création chorégraphique) With my limbs in the dark*** création Cursus 2
  • Alban Richard Luisance

Distribution

Donatienne Michel-Dansac, soprano
Ensemble L'Instant donné
Ensemble L'Abrupt
Pierre-Édouard Dumora, images vidéo * (Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains)
Réalisation informatique musicale Ircam Aaron Einbond*, Fernando Villanueva Carretero**, Paul Clift***
Encadrement pédagogique Éric Daubresse*, Mikhail Malt**, Emmanuel Jourdan***

Coréalisation Ircam-Centre Pompidou, le CENTQUATRE avec la participation du Centre national de la danse à Pantin, du Forum/Scène conventionnée de Blanc-Mesnil, de Buffet Crampon. Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc  Lagardère, mécène principal pour l'innovation à l'Ircam et de la Sacem (bourses d'étude aux jeunes compositeurs du Cursus 2).

L'Ircam est partenaire du CENTQUATRE pour l'accueil de projets d'expérimentation autour du spectacle vivant.

Crédit photo : With my limbs in the dark © Alban Richard

Samedi 13 juin, 16h30 / Le CENTQUATRE, salle 400

dimanche 14 et lundi 15 juin

Hypermusic Prologue

A Projective Opera in seven Planes

Hypermusic Prologue, c'est initialement l'histoire d'une rencontre entre un jeune compositeur espagnol, Hèctor Parra, et une physicienne américaine de renom, Lisa Randall.

Montrer / masquer les détails

Hypermusic Episode II : décor et mise en scène

Lui est fasciné par les recherches de la scientifique de Harvard sur les modèles cosmologiques, la théorie des cordes et la physique quantique. Elle est passionnée par l'opéra et confie au compositeur son désir d'écrire un livret sur les avancées et les théories les plus prospectives en astrophysique.

Ils conçoivent ensemble Hypermusic Prologue, une œuvre scénique d'un nouveau type reliant les mondes de l'art et de la science. Le plasticien anglais Matthew Ritchie, dont l'œuvre visuelle tend à distordre les supports finis, rejoint cette aventure artistique hors du commun.

Ce « Projective Opera » tente de nous projeter au-delà des frontières connues de l'univers, de sa formation, de sa matière et de son énergie. Cette exploration prend la forme d'un dialogue entre les deux voix solistes qui éprouvent ensemble la tension entre le fini et l'infini (l'hyperespace), entre l'expérience du maintenant et la tentation de connaître les nouvelles dimensions de l'être et du temps.

  • Hèctor Parra Hypermusic Prologue, A Projective Opera in seven Planes, commande de l'Ensemble intercontemporain, de l'Ircam-Centre Pompidou et du département Culture du gouvernement catalan, création

Hypermusic Episode III : musique H. Parra, C. Power, J. Bobby, C. Ellett

Distribution

Musique Hèctor Parra | Livret Lisa Randall
Scénographie Matthew Ritchie
Mise en espace Paul Desveaux
Lumières Laurent Schneegans
Charlotte Ellett, soprano | James Bobby, baryton
Ensemble intercontemporain
Réalisation informatique musicale Ircam Thomas Goepfer

Coproduction Ensemble intercontemporain et Ircam-Centre Pompidou. Avec le soutien de la Fondation d'entreprise Hermès.
Concert enregistré et filmé par France Musique.

Vidéos :
Épisode 2. Décor et mise en scène. Matthew Ritchie scénographie, Paul Desveaux mise en espace.
Épisode 3. Répétition en présence d'Hèctor Parra, compositeur. Ensemble intercontemporain. Clément Power, direction. James Bobby, baryton. Charlotte Ellett, soprano.

Dimanche 14 et lundi 15 juin, 20h / Centre Pompidou, Grande salle

Matthew Ritchie, Ghost Operator, 2008 © Matthew Ritchie/Courtesy Jay Jopling/White Cube (London) and Andrea Rosen Gallery (New York).
mardi 16 juin

Concert orgue

Deux œuvres imposantes de l'orgue moderne, dissemblables en tout, encadrent cette soirée à Saint-Eustache.

Montrer / masquer les détails

Chez Ligeti, le continuum sonore intrinsèquement lié à l'instrument et à la main de l'instrumentiste, détermine des effets de vitesse et de surface. Chez Xenakis, l'indifférence absolue à la spécificité de l'orgue, à ses limites comme à celles de l'interprète, pulvérise toute référence. Gmeeoorh, anagramme libre de « organon », dont la partition d'origine était écrite sur plusieurs portées par clavier, démultiplie les superpositions harmoniques, les arborescences, les distorsions, les expansions.

Entre ces aventures antinomiques du XXe siècle, deux créations de jeunes compositeurs, eux-mêmes organistes. La petite liturgie de Philipp Maintz conserve la fraîcheur du caractère d'improvisations nocturnes à Saint-Eustache. Vox Humana de Hyun-Hwa Cho (composition musicale) et de Raphaël Thibault (vidéo), transmue l'instrument historique en un gigantesque synthétiseur contemporain, élargi par l'électronique. D'un ancien jeu d'orgue surgit l'apparence de la voix. Intimement mêlée à la partition, la vidéo convoque danse contemporaine et animation 3D, et met en scène deux corps humains perdus dans un environnement abstrait.

Programme

  • Toshio Hosokawa Cloudscape
  • György Ligeti Omaggio a G. Frescobaldi, Coulée
  • Philipp Maintz ferner, und immer ferner création française
  • Hyun-Hwa Cho (création musicale) / Raphaël Thibault (création vidéo) Vox Humana* création Cursus 2 / Le Fresnoy
  • Iannis Xenakis Gmeeoorh

Distribution

Francesco Filidei, orgue
Réalisation informatique musicale Ircam Hyun-Hwa Cho*
Encadrement pédagogique Jean Lochard*

Coproduction Ircam-Centre Pompidou, Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Arcadi. Avec le soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère, mécène principal pour l'innovation à l'Ircam et de la Sacem (bourses d'étude aux jeunes compositeurs du Cursus 2). En collaboration avec le Festival d'orgue de Saint-Eustache.

Concert enregistré par France Musique. Diffusion le 05/08/09 à 9h05.

Crédit photo : montage © Raphaël Thibault

Mardi 16 juin, 21h / Église Saint-Eustache

vendredi 19 juin

Scènes noires. Portrait Guerrero

Alberto Posadas, compositeur espagnol, élève et héritier du génial Francisco Guerrero, « interprète » quatre œuvres tardives de Goya, ces fameuses peintures noires qui étaient visibles dans la « maison du sourd » non loin de Madrid.

Montrer / masquer les détails

Scènes noires

Les Parques, Saturne dévorant l'un de ses enfants, Le chien et Deux étrangers, deviennent ainsi une matière orchestrale soumise à la spatialisation et aux interventions électroniques qui immergent l'auditeur. Carlos Franklin, artiste plasticien colombien, a conçu une vidéo en manière de frise, placée au-dessus de l'ensemble instrumental. Gros plans de la musique et de la vidéo sur cette géographie saisissante de la peinture de Goya, sur telle figure violemment déformée ou sur le vide d'une surface qui absorbe tout l'espace pictural.

Programme

  • Alberto Posadas (musique) / Carlos Franklin (vidéo) Cuatro escenas negras, commande de l'Ircam-Centre Pompidou, création
  • Francisco Guerrero Zayin VI

Distribution

Irvine Arditti, violon
L'Itinéraire
Direction Mark Foster
Réalisation informatique musicale Ircam Olivier Pasquet

Coproduction Ircam-Centre Pompidou, l'Itinéraire. Avec le soutien du réseau Varèse, subventionné par le programme Culture 2000 de l'Union européenne.

Crédit photo : Montage de Carlos Franklin à partir des peintures noires de Goya (Les Parques, Saturne dévorant ses enfants, Le chien et Deux étrangers) © Carlos Franklin

Vendredi 19 juin, 19h / Ircam, Espace de projection