fleche_langueVersion françaiseEnglish versionVersion imprimable
  • Accueil
  • Planning
  • Réservations
  • Lieux
  • Partenaires

Symposium « Sentiers qui bifurquent ».

Colloque "La complexité dans les arts et la science"

Du 10 au 12 juin, l'Ircam organise en collaboration avec le Département du développement culturel du Centre Pompidou un symposium international croisant quelques expériences esthétiques d'envergure et des prospectives scientifiques sur la notion de complexité qui traverse aujourd'hui de nombreux champs du savoir.

Peut-on interroger les conditions de la conception, de l'écriture, de la réalisation, de la réception sous l'angle de la complexité dans le cinéma, la littérature, la peinture, l'architecture comme dans la musique ? Les modèles scientifiques semblent nous enseigner en tout cas que les systèmes qui captent notre intérêt sont au « bord du chaos ». C'est en effet à la frontière de l'ordre et du chaos que les systèmes évoluent vers des niveaux supérieurs d'organisation et que les attracteurs sont suffisamment nombreux pour susciter un front d'innovation soutenu tout en évitant - pour l'observateur - l'épuisement cognitif inhérent à l'ordre ou au désordre total, tout en favorisant aussi des possibilités d'appropriation progressive qui réduisent à leur tour l'intensité de la surprise. Si l'on admet que de telles propriétés sont effectivement recherchées, même de manière purement intuitive, par les créateurs, on peut alors se demander s'il n'existe pas un lien qui nouerait entre elles les stratégies temporelles du compositeur, du cinéaste, de l'artiste numérique - stratégies par lesquelles est orienté d'une certaine manière le temps subjectif du spectateur - et les stratégies relatives à la complexité structurelle de l'œuvre.

Modèle mathématique MENSDans cette rencontre entre artistes et scientifiques, la relation au temps dépasse le cadre local des stratégies opératiques. Pour Prigogine, les bifurcations cristallisent l'histoire du système. Au sein de toutes les formes et processus de  la matière ou du vivant se trouvent capturés des points de bifurcation constituant une chronologie de l'évolution des systèmes et de leurs interactions anciennes avec le milieu. Pour l'artiste se trouve aussi posé le problème du choix et de la délégation du choix.

Pour nous orienter dans le vaste réseau des questions qui pourront ainsi être partagées entre acteurs des sciences ou des arts lors de ces journées, nous avons choisi d'organiser les rencontres en trois thématiques :

  • la thématique Langages sera consacrée à la pensée de l'écriture, les mathématiques, les langages formels, la logique et l'informatique, la complexité algorithmique.
  • la thématique Conceptions se configure autour de la pensée systématique de la création, de l'engendrement, de la complexité structurale, de l'intentionnalité, des dispositifs (auto-)poïétiques.
  • la thématique Temps, Espace et Perception abordera la complexité physique et perceptive, les modèles de mémoire, d'anticipation et de surprise, la narration, l'histoire, l'interprétation, les grandes échelles de réseaux et de sociétés.

Dans chacune de ces thématiques générales, et de manière transversale, les concepts importants des sciences de la complexité, notamment auto-organisation, autonomie et émergence dans les systèmes loin de l'équilibre, ainsi que les grands paradigmes-domaines (physique, biologie, information, etc.) seront à la fois explicités pour le public et mis à l'épreuve d'une confrontation avec les pratiques artistiques, aussi bien comme outils d'analyse que de création.

Argument du symposium

Intervenants

Epistémologie, philosophie : Henri Atlan (entretien filmé), Jean-Pierre Dupuy
Informatique / théorie de l'information : Grégoire Carpentier, Arshia Cont, Shlomo Dubnov
Mathématique : Marc Chemillier, Paul Bourgine, John Casti, Andrée Ehresmann
Musicologie-interprétation : Philippe Albèra, Mario Caroli
Physique-chimie : Jean-Pierre Boon, Carl Djerassi, Wiebke Drenchkan, Lisa Randall, Richard Taylor, Denis Weaire
Architecture : Philippe Rahm
Composition-théorie : Geoffroy Drouin, Brian Ferneyhough, Jean-Luc Hervé , Fabien Lévy, Hèctor Parra, Dmitri Tymoczco
Cinéma : Lars von Trier (en visioconférence), Raoul Ruiz
Littérature : Christophe Claro, Mark Danielewski, Renaud Camus

Colloque organisé en collaboration avec le Centre Pompidou, l'ISC-PIF (Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France), le CREA (Centre de recherche en épistémologie appliquée - École Polytechnique), l'Université libre de Bruxelles, l'IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis). Avec le soutien de la MRT (Mission de la recherche et de la technologie du ministère de la Culture et de la Communication), du CNRS, de la Andrea von Braun Stiftung et du projet CO-ME-DI-A (EACEA - Projet Culture 2007-2013 de l'Union européenne).

Photo : "Le modèle mathématique MENS, développé par Andrée Ehresmann et Jean-Paul Vanbremeersch, pour modéliser l'émergence de processus cognitifs complexes".

9h30-18h / Centre Pompidou, petite salle